CITOYEN, REPUBLIQUE, DEMOCRATIE

Publié le par F. Besqueut

Chap. 1 Valeurs, principes et symboles de la République française


Quels sont les principes et les symboles de la République française ?

L’Etat français a fait le choix d’une organisation démocratique. C'est-à-dire qu’il applique le principe de la souveraineté nationale : c’est le peuple qui décide des grandes orientations politiques, par son vote direct ou par celui de ses représentants.

En tant que démocratie, la France s’est également engagée à défendre les grandes valeurs qui sont à la base de l’esprit démocratique, comme la Liberté, la Justice, les Droits de l’Homme…

Afin de permettre à chaque citoyen de la reconnaître, mais aussi afin de donner un « corps » aux principes qu’elle défend, la République française s’incarne en différents symboles, pour la plupart puisés dans son histoire.


------------------------------------------------------------------------------------

Chap. 2 Vivre dans une démocratie

 

Þ Quels sont les principes d’une démocratie ?

 

 

Une démocratie repose sur le principe d’un peuple souverain (les citoyens choisissent ceux qui les gouvernent par le biais d’un suffrage universel), mais également sur l’adhésion à un certain nombre de valeurs que l’on tient pour fondamentales : la liberté et le respect des droits de l’Homme.

 

I. Le pluralisme politique.

Le droit à l’existence de plusieurs partis politiques est inscrit dans la Constitution. Ce pluralisme permet aux électeurs de s’exprimer et de choisir librement leurs représentants lors des élections (voir document 3 p 21). Celles-ci se déroulent dans le respect d’un certain nombre de règles :

► Le vote est universel : le droit de vote appartient à tous les citoyens en âge d'être électeur (nationalité française_ou de l’UE pour les élections locales_18 ans, inscrit sur une liste électorale, disposant de ses droits civiques).

► Le vote est libre : on peut ne pas voter même si…

► Le vote est secret : personne ne doit chercher à connaître ni à  contrôler le vote d'un électeur.

Pour chaque élection plusieurs partis sont donc en concurrence pour l’exercice du pouvoir. Mais qu’ils soient élus ou dans l’opposition, tous doivent respecter la règle de la majorité, tout en disposant d’un droit de critique.

 

II. La nécessaire séparation des pouvoirs.

Trois pouvoirs sont nécessaires à la direction d’un Etat : le pouvoir législatif, exécutif et judiciaire. Si il y a cumul de ces trois pouvoirs il y a un risque de dictature. Reprenant les idées de Montesquieu, l’essence même d’une démocratie est donc de limiter le pouvoir de manière à ce que la souveraineté (la capacité à décider) reste entre les mains du peuple.

 

-------------------------------------------------------

 

Chap. 3 La pratique de la citoyenneté

 

Þ  Quels sont les droits et les responsabilités des citoyens ?

 

La citoyenneté fonctionne comme une sorte de contrat entre un individu et un Etat. Mais cette qualité de citoyen est encore étroitement liée à une appartenance nationale.

 

I. Le fonctionnement du « contrat citoyen ».

D’après la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, ainsi que d’après les différentes Constitutions (voir sur le site web de l’Elysée les textes cités), chaque citoyen est libre de ses actes et dispose des mêmes droits :

            ► Droits civils (privés) : Liberté d’expression, liberté d’opinion, liberté religieuse = Respect de la vie privée.

            ► Droits politiques : Droit de vote, Droit d’éligibilité, Droit de participation à l’élaboration de la loi, (Egalité homme/femme).

            ► Droits économiques et sociaux : Egalité homme/femme, droit au travail, liberté syndicale, droit de grève, droit au travail, droit à la sécurité matérielle (retraite par exemple), droit aux soins, droit au repos et aux loisirs, droit à l’instruction, droit d’asile pour les personnes menacées dans leur pays en raison de leur action pour la liberté.

En retour chaque citoyen doit s’acquitter d’un certain nombre d’obligations, envers l’Etat, mais également envers ses concitoyens :

            ► La première obligation du citoyen est d’obéir à la loi.

► Il doit aussi faire usage de son droit de vote, même si ce n’est pas vraiment une obligation, car la loi ne contraint personne à aller voter.

► Un citoyen doit payer ses impôts. Qui servent à faire fonctionner l’Etat et à financer un certain nombre de services utiles à toute la communauté.

► Un citoyen a le devoir de travailler.

            ► Il doit également respecter les principes et les valeurs de notre société. C’est à dire faire preuve de civisme : Se faire recenser à la mairie à l’âge de 16 ans, respect des biens publics, tolérance vis à vis de ses concitoyens...

Il doit ainsi respecter les règles, les valeurs et les principes qui organisent la société française. Il doit aussi avoir conscience que l’intérêt général est supérieur aux préoccupations individuelles.

 

II. Vers une citoyenneté européenne.

La construction de l’Union européenne est en train d’élargir la notion de citoyen. Le traité de Maastricht signé en 1992 (voir p. 123) définit clairement les droits civils, politiques et sociaux du citoyen européen et pose le principe de la double citoyenneté : d’une part une citoyenneté nationale (celle de son pays d’origine) et d’autre part une citoyenneté européenne.

Publié dans Troisième

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article